National assemby of South Africa © Political Analysis South Africa / HA
National assemby of South Africa © Political Analysis South Africa / HA

Les membres de la commission des crédits de l’Assemblée nationale de l’Afrique du Sud tiennent, depuis le début de cette semaine, des séances d’étude avec la commission financière et fiscale (FFC) et le bureau du budget parlementaire (DPB) afin de délibérer sur le projet de loi de finances comptant pour l’année 2019. Ces échanges permettront également de se prononcer sur le projet de loi sur les crédits.

 

Par Candy Nzouna

La pertinence et l’utilité de cette loi ont obligé le Comité permanent des crédits de l’Assemblée nationale et le Comité spécial des crédits du Conseil national des provinces (NCOP) à tenir conjointement des réunions avec les deux institutions pour une analyse indépendante du projet de loi sur les crédits. Dans cette démarche d’élaboration de ce projet de loi, le FFC et le directeur parlementaire du budget demandent à ce que le budget tienne compte des priorités du pays telles que définies par le président dans son discours sur l’état de la nation.

Pour les comités en charge de l’élaboration de ce budget, « tout sera fait afin de relever les nombreux défis pour faire face à la faible croissance économique, au taux de chômage élevé, au taux de pauvreté si élevé et aux inégalités sociales ». Le président de la Commission permanente des crédits, Sfiso Buthelezi, s’est inquiété de l’efficacité des dépenses et demande la poursuite du ciblage de domaines prioritaires tels que les subventions sociales, l’éducation, la santé et autres.

Les comités ont également indiqué que les secteurs tels que le tourisme et l’agriculture devraient se voir attribuer davantage d’allocations en raison d’effets multiplicateurs plus importants en termes de création d’emplois et d’impact sur la croissance économique.

La contribution du public attendue

Le Comité permanent des crédits (SCOA) a invité les parties prenantes et les parties intéressées à présenter des observations écrites sur les amendements proposés et les corrections techniques apportées au projet de loi de crédits de 2019 déposé au parlement par le ministre des finances en début du mois de juillet 2019.

La loi N °13 de 2018 modifiée par la loi relative à la procédure de modification des factures de monnaie et aux questions connexes, oblige l’Assemblée nationale sud-africaine à tenir des audiences publiques et à en faire rapport. L’amendement concerne l’autorisation de Eskom d’un montant de 17,652 milliards de rands, autorisée par le ministre des finances le 2 avril 2019. Cette autorisation a été accordée en vertu de l’article 16 (1) de la loi de 1999 sur la gestion des finances publiques (PFMA). En outre, le ministre des finances a présenté des corrections techniques pour donner effet aux portefeuilles du cabinet révisés, tels qu’annoncés par le Président de la République sud-africaine le 29 mai 2019 dans son discours sur l’état de la nation.

Ces propositions du public sont donc attendues pour l’élaboration du document final du projet de loi des crédits 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.