Hémicycles d'Afrique
A la Une Afrique du Sud

Afrique du Sud : L’ex ministre Mapisa-Nqakula s’empare du maillet au Parlement

Nosiviwe Mapisa-Nqakula, probable prochaine présidente de l’Assemblée nationale de l’Afrique du Sud © @Mfundoyakhe
Nosiviwe Mapisa-Nqakula, élue présidente de l’Assemblée nationale de l’Afrique du Sud © @Mfundoyakhe

Démis de ses fonctions de ministre de la défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula a été élue présidente du parlement sud-africain ce jeudi 19 août 2021. Cette élection a provoqué la colère des partis d’opposition qui jettent le doute sur sa compétence et sa probité.

Par Merveille Sagbohan

Du poste de ministre  de la défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula passe à celui de la présidente du parlement de l’Afrique du sud. Elle a été choisie par les députés avec 199 voix sur 298. Ceci, conformément à l’article 52 de la Constitution sud-africaine, qui stipule que le président du parlement est élu à la majorité des députés de l’Assemblée nationale. Malgré ce score à l’issue du vote, Mapisa-Nqakula avait été critiquée pour son « incompétence » à répondre aux violences et pour avoir contredit l’affirmation du Président Cyril Ramaphosa selon laquelle les événements avaient été une « insurrection » pré-planifiée. 

L’élection de Mapisa-Nqakula « a désarmé le parlement d’assurer la responsabilité et la transparence », a déclaré le principal parti d’opposition, Alliance démocratique dans un communiqué. Ces acteurs politiques critiquent également la nouvelle présidente de l’Assemblée nationale pour avoir prétendument reçu cinq millions de rands (330 000 $) en pots-de-vin de la part d’un entrepreneur de la défense et dépensé sept millions de rands (462 000 $) pour des vacances en jet privé à New York et à Paris entre 2017 et 2019.

Indiquons que Mapisa-Nqakula a été remplacée par l’ancien président de l’Assemblée nationale Thandi Modise, qui plus tard a été nommée par le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC) de Ramaphosa, comme son candidat préféré pour succéder à Modise. Rappelons que Nosiviwe Mapisa-Nqakula a été démis de ses fonctions de ministre de la Défense ce mois d’août lors d’un remaniement ministériel qui a suivi une vague de troubles meurtriers et de pillages dans certaines parties du pays.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR