Hémicycles d'Afrique
A la Une Afrique du Sud

Afrique du Sud – Parlement: Le vote de motion de censure du Président Ramaphosa reporté sine die

Le vote de motion de censure du Président Ramaphosa reporté sine die

La présidente de l’Assemblée nationale d’Afrique du Sud, Thandi Modise, a accédé à la requête des députés du Mouvement Africain de Transformation (ATM) au sujet de la motion de censure contre le Président Cyril Ramaphosa.

Le Président sud-africain sera face aux parlementaires pour une motion de censure. Après de nombreuses motions déposées contre l’ancien Président Zuma, c’est le tour de l’actuel Président Ramaphosa.

Dans une motion déposée en février dernier, le chef de l’ATM, Vuyo Zungula, affirme que le président sud-africain avait induit le pays en erreur en déclarant qu’il n’y aurait pas de délestage après le 17 décembre dernier, mais les pannes d’électricité, tellement redoutées dans ce pays d’Afrique australe, ont été enregistrées plusieurs fois durant l’année 2020. Dans le même document, le parti reproche également à Ramaphosa sa gestion de la crise économique que le pays traversait déjà avant la pandémie de la Covid-19, ainsi qu’un don de 500.000 Rands (33.000 dollars) fait par l’ancien directeur général de l’entreprise sud-africaine « Bosasa», Gavin Watson. Un don qui devrait permettre de financer sa campagne à la présidence du Congrès National Africain (ANC au pouvoir).

Toutefois, il convient de souligner que bien que la présidente de l’Assemblée Nationale ait accédé à la demande du Mouvement africain de transformation de débattre d’une motion de censure contre le président, ladite motion n’a aucune chance de passer puisque le parti au pouvoir « ANC » bénéficie d’une majorité parlementaire absolue. ATM, par contre, ne dispose que de deux sièges sur les 400 que compte l’Assemblée nationale (Chambre basse).

En effet, conformément à la loi sud-africaine, le vote de défiance ne pourrait réussir que s’il est soutenu par une majorité simple. Signalons que le Président avait échappé, en août 2019, à une motion de défiance déposée par la médiatrice de la République, Busisiwe Mkhwebane, et rejetée par un tribunal de Pretoria. Pour rappel, la médiatrice avait accusé le Chef de l’Etat sud-africain de « mensonge » lors de la campagne pour la présidence du Congrès national africain et d’avoir « trompé » le parlement à propos d’une donation d’environ 32.000 euros faite par un groupe industriel lors de sa campagne électorale.

La motion étant acceptée, les députés vont débattre de cette requête les jours à venir même si d’aucuns estiment qu’elle a peu de chance d’aboutir.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR