Hémicycles d'Afrique
A la Une Algérie

Algérie : La Covid au cœur de la 5ème Conférence mondiale des présidents de parlement en Autriche

La Covid au cœur de la 5ème Conférence mondiale des présidents de parlement en Autriche
Les parlementaires lors de la 5è conférence des parlementaires en Autriche © lechodalgerie-dz.com

Une délégation parlementaire algérienne a pris part à la 5ème Conférence mondiale des présidents de parlement (5WCSP). La conférence a été organisée par l’Union interparlementaire (UIP) dans la capitale Vienne – Autriche – le mardi 07 septembre 2021.

Par Merveille Sagbohan

« Le leadership parlementaire pour une pluralité plus active, à même de concrétiser la paix et le développement durable des peuples et de la planète ». C’est le slogan sous lequel a eu lieu la 5ème Conférence mondiale des présidents de parlement (5WCSP) en Autriche mardi 07 septembre 2021. Selon un communiqué du Conseil de la Nation publié le mercredi 08 septembre 2021, les participants à cette conférence « se sont focalisés sur les priorités qui requièrent la prise de mesures parlementaires urgentes, y compris la réponse mondiale à la pandémie de Coronavirus et post-pandémie, l’état des urgences climatiques, la lutte contre les fausses informations, la participation des jeunes à la vie politique et l’égalité entre les deux sexes ».

Le membre du Conseil de la Nation et membre du Groupe national du Parlement algérien auprès de l’UIP, Mohamed Bouzekri parlant des « mesures préventives imposées par l’Algérie dans le cadre d’un état d’urgences sanitaires qui n’est pas en contradiction avec la Constitution », a affirmé que « la limitation de certaines libertés dans de telles circonstances, exige une compréhension affichée par les Algériens avec un esprit citoyen élevé, notamment avec les éclaircissements que le Gouvernement a donnés aux citoyens, à travers une mobilisation médiatique et sanitaire globale ». Il a ajouté que « La propagation de l’épidémie de Corona avec cette gravité exige une plus grande souplesse et l’adoption d’une perspective plus globale, loin de tout conflit rigide entre les pouvoirs ». Mohamed Bouzekri a également relevé que « les parlements nationaux doivent activer leurs mécanismes, en vue de créer un équilibre entre les libertés garanties au citoyen et le devoir du Pouvoir exécutif envers la concrétisation de la protection ».

Ahmed Kharchi, membre du Conseil de la Nation et membre du bureau de la Commission permanente de paix et de sécurité à l’UIP a affirmé lors de son intervention que la période de l’après-pandémie « rétablira la construction des équilibres et la relance de l’opération du développement durable dans le monde entier ». Il a également ajouté que « la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) représente une étape importante vers l’avant ». Ahmed Kharchi n’a pas oublié de souligner que dans ce contexte, « l’Algérie, comme la majeure partie des Etats africains, ne porte aucune responsabilité historique de l’effet de serre et de l’augmentation de l’émission des gaz qui en résultent ».

Assurer la sécurité

Ahmed Kharchi abordant les questions et défis relatifs à la sécurité et à la paix, a présenté l’approche de l’Algérie. Cette approche selon lui, lie le développement durable à la stabilité et à l’éradication du terrorisme en asséchant des sources. « La poursuite de l’entrave de l’opération de paix au Proche-Orient et la situation instable des suites de la crise libyenne, ainsi que la poursuite de l’occupation au Sahara occidental » a exposé Ahmed Kharchi. Il a appelé, dans ce même contexte, à « poursuivre les efforts de l’édification de la paix dans le cadre du respect de la légalité internationale et du droit des peuples à l’autodétermination, ainsi que du dialogue entre les partenaires, loin de toute logique interventionniste ou paternaliste ».

L’égalité entre les deux sexes

Fouzia Benbadis, membre du Conseil de la Nation et membre de la Commission chargée des questions du Proche-Orient à l’UIP, a quant à lui, mis en avant « l’importance d’autonomiser la femme et de consolider sa place dans la vie politique, ainsi que la nécessité d’actualiser les mécanismes de cette autonomisation, à travers le renouvellement des moyens d’appui, l’élargissement des droits et la concrétisation de l’égalité entre les deux sexes ».

Il a ajouté que « l’égalité entre les deux sexes est un processus civilisationnel qui ne doit pas s’arrêter sous quelconque circonstance ». Il l’a affirmé en tenant compte de « l’expérience pionnière de l’Algérie en la matière et sa consécration des législations nationales, en vue d’élargir la participation de la femme à la vie politique et au développement socio-économique ».

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR