Les députés de la 8ème législature lors de l’adoption de la loi sur le statut de l’opposition ce jeudi 21 novembre 2019 © AN / HA
Les députés de la 8ème législature lors de l’adoption de la loi sur le statut de l’opposition ce jeudi 21 novembre 2019 © AN / HA

Les parlementaires béninois ont retouché la loi portant statut de l’opposition en République du Bénin. Cette modification apporte quelques nouveautés pour mieux servir les acteurs politiques de l’opposition.

Par Josaphat Finogbé

La loi N°2001-36 du 14 octobre 2001 désormais abrogée au profit de la loi N°2019-45 portant statut de l’opposition en République du Bénin. A l’unanimité des députés présents ce jeudi 21 novembre 2019, cette loi a été adoptée.

Cette modification de la loi fait suite aux recommandations du dialogue national politique organisé par le Chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, du 10 au 12 octobre dernier.

Cette nouvelle loi définit l’opposition comme l’ensemble des partis politiques ou non à l’Assemblée nationale qui soutiennent pour l’essentiel des positions différentes de celles du gouvernement et envisagent de construire une alternative politique dans le cadre démocratique. Dans ce statut, l’appartenance à un parti d’opposition doit faire l’objet d’une déclaration officielle. Laquelle déclaration doit être enregistrée au ministère de l’intérieur. Aussi, note-on dans la loi que les partis politiques de l’opposition bénéficient d’un accès équitable aux moyens officiels d’information et de communication. L’opposition est consultée par le Président de la République sur les questions importantes engageant la vie de la nation notamment les menaces à la paix, les menaces d’atteintes à l’intégrité extérieure de l’État et l’engagement des forces de défense à l’étranger.

Pour les députés de la 8ème législature, c’est une grande avancée qui replace désormais l’acteur politique de l’opposition dans un rôle crucial pour l’animation de la vie sociopolitique du pays. La loi ainsi adoptée sera soumise au contrôle de conformité à la loi fondamentale par la Cour constitutionnelle. C’est suite à l’avis favorable des sages de cette cour que le Président de la République pourrait la promulguer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.