Le siège de l’Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo © Bénin Web TV
Le siège de l’Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo © Bénin Web TV

Les députés élus lors du scrutin législatif du 28 avril dernier ont été officiellement installés ce jeudi 16 mai 2019 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Les 83 députés devant composer cette législature entrent ainsi en fonction pour un mandat de quatre (4) ans.

 

Par Josaphat Finogbé

C’est une nouvelle ère politique qui s’ouvre en République du Bénin, notamment pour son parlement. Les députés de la 8ème législature ont été installés ce jour sous la présidence de son doyen d’âge Wallis Zoumarou. Les élus de la nation, notamment les nouveaux venus, ont pris connaissance de leur désormais cadre de travail; lequel leur permettra de légiférer et de contrôler les actions du gouvernement pour les 4 prochaines années.

A l’entame de cette cérémonie protocolaire, l’un des plus jeunes de cette mandature et membre du bureau d’âge, le député Orou S. Yacoubou, a donné lecture de la décision de la Cour constitutionnelle concernant la proclamation définitive des résultats des élections législatives du 28 avril dernier. Le second secrétaire du bureau d’âge a fait part des différents recours enregistrés par la Cour constitutionnelle.

A lire aussi: Bénin : La Cour constitutionnelle valide le scrutin du 28 avril dernier

Vingt-sept (27) au total, ces recours concernent soit l’annulation des voix dans certaines régions et circonscriptions électorales, soit l’annulation de l’élection des députés. Et comme l’exige le règlement intérieur de la Cour constitutionnelle, le secrétaire de cette juridiction a informé le secrétaire administratif de l’Assemblée nationale qui informe, à son tour, les députés élus lors de leur installation.

Au cours de cette cérémonie solennelle et hautement protocolaire, le doyen d’âge qui préside les travaux, Wallis Zoumarou, a félicité le peuple béninois pour son esprit pacifique et son calme malgré les quelques incidents post-électoraux. « Je nous invite à un engagement ferme, un dévouement sans relâche pour véritablement servir le peuple quel que soit notre appartenance religieuse, ethnique, et géographique », a exhorté le député Wallis Zoumarou. Pour lui, « la 8ème législature saura puiser du génie béninois pour doter le pays de textes de loi capable véritablement d’impulser un nouveau dynamisme de développement ».

7ème législature plus productive

La 7ème législature a officiellement cédé sa place à la 8ème qui conduira désormais les destinés de ce parlement. Mais avant ce 16 mai, la législature présidée par Me Adrien Houngbédji a été  productive à en croire certains observateurs. Pour eux, Il y a certes des « imperfections politiques » dans l’adoption de certains textes de loi, mais cette mandature a permis au régime du Président Patrice Talon d’opérer de profonds changements sur le plan institutionnel et surtout la réforme du système partisan.

A lire aussi: Bénin : législatives 2019, la CENA proclame les résultats provisoires

Du 15 mai 2015 au 15 mai 2019, environ 141 textes de loi ont été votés. La plupart de ces lois ont trait au quotidien des Béninois, l’autorisation du gouvernement, à travers des ratifications des accords, à faire des prêts et autres. Ces lois ont fondamentalement permis de doter le Bénin d’un nouveau code électoral et d’une nouvelle charte des partis politiques. Sur le plan social, les députés de la 7ème législature ont encadré le droit de grève dans des secteurs essentiels tels que la santé, l’éducation et la justice. Ces lois, bien qu’elles aient suscités de polémique au sein des acteurs fonctionnaires, ont quand même eu le mérite de véritablement mettre l’administration publique au pas et d’implanter l’agent de l’Etat dans sa mission originelle, celle de répondre efficacement aux besoins des usagers, donc des populations.

D’autres lois adoptées, celle sur la création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) par exemple, ont été fortement critiquées par des populations. Pour ces dernières, c’est un retour à des décennies puisque la démocratie béninoise devrait « grandir » et non subir « ces gifles politiques ».

La 8ème législature saura-t-elle combler les attentes des populations en lui faisant oublier certains textes de loi jugés « rétrogrades » ? C’est la question que se posent nombre de Béninois. Mais en attendant, le doyen d’âge de cette législature a déjà rassuré des efforts que déploieront ces élus de la nation pour une mandature à la hauteur des espérances.

Rappelons que l’opposition n’a pas participé aux dernières législatives et que cette nouvelle législature est entièrement acquise au président Talon. Ce jeudi, Porto-Novo était sous haute surveillance policière pour empêcher d’éventuelles manifestations de l’opposition qui a vivement contesté les résultats de cette élection, et dont les leaders avaient appelé au boycotte puis à l’annulation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.