Hémicycles d'Afrique
A la Une Bénin

Bénin – Pass vaccinal : Le tic tac dans les administrations décentralisées

Bénin - Pass vaccinal : Le tic tac dans les administrations décentralisées
L’accès aux administrations décentralisées est désormais conditionné à la présentation d’un pass vaccinal au Bénin © unicef Bénin

Depuis plusieurs jours, le pass vaccinal est devenu le billet vert pour accéder aux administrations publiques du pays. Une situation qui fait couler assez d’encre puisque la majorité des Béninois n’est pas vaccinée, faute de confiance au vaccin. Malgré ce scepticisme, le gouvernement a conditionné l’accès aux administrations, même communales et locales, à la présentation d’un pass vaccinal. Une décision que d’aucuns qualifient de précipitée.

Par Jean-Louis HEDEGBE

À l’instar des autres pays du monde, le Bénin vit la crise sanitaire liée au COVID-19. Pour gérer cette pandémie, plusieurs décisions ont été prises pour essayer de limiter la propagation du virus au sein de la population. De la limitation des déplacements au port des masques, la population s’est vue interdire les rassemblements et regroupements massifs. Après ces mesures liées au cordon sanitaire, d’autres décisions plus fortes ont été prises dès la disponibilité du vaccin contre ce virus.

Aujourd’hui, des agents de l’Etat non vaccinés ne peuvent se rendre dans leur lieu de travail sans le carnet jaune de vaccination anti-COVID. La plupart de ceux-ci craignent tout effet secondaire de ces vaccins anti covid puisque la réalité montre que l’efficacité de ces produits reste à prouver, même à l’échelle internationale. 

L’obligation du pass vaccinal pour bénéficier des services des administrations décentralisées n’est que la décision qui suscite indignation et moultes interprétations. Il n’est plus à prouver que les administrations territoriales sont les premiers lieux fréquentés par la population à l’échelle nationale puisque les services de base de l’État y sont fournis. 

La légalisation de documents, obtention de la souche de naissance, acte de naissance et bien d’autres pièces courantes dont la population ne peut se passer. Conditionner l’accès à ses services par vaccination est peu accueillie d’autant plus que la population n’est pas assez convaincue de l’efficacité du vaccin et craint les effets secondaires de ce dernier. 

Tout en prenant en compte les cas de complications et de patients ayant eu des effets secondaires après vaccination contre la Covid-19, il serait mieux, pour le gouvernement béninois, de renforcer la communication et la sensibilisation sur la vaccination au lieu de s’engager dans un forcing qui pourrait contredire la législation béninoise sur la liberté d’expression et de vivre. Selon l’article 23 de la Constitution béninoise “toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience, de religion, de culte, d’opinion et d’expression dans le respect de l’ordre public établi par la loi et les règlements […]”. En plus de cette disposition législative, l’on pourrait se demander si le Bénin dispose autant de vaccins pouvant permettre la vaccination de tout son peuple contre ce virus.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d❜Afrique

GRATUIT
VOIR