Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité Bénin

Bénin : Représentativité des femmes, une utopie ?

La volonté des acteurs politiques béninois quant à la représentativité des femmes dans les diverses instances décisionnelles n’est plus à démontrer. Mais au-delà des discours et des promesses politiques, le quota des femmes surtout au niveau des postes électifs est plus que préoccupant.

Par Josaphat Finogbé

Le taux de représentativité des femmes à la 8ème législature est resté presque statique que celui de la 7ème. Six (6) femmes élues sur les 83 députés que compte l’Assemblée nationale béninoise; soit 7,22%. Il aurait fallu la démission d’un élu pour que sa suppléante ne porte le taux à 8,43% pour la présente législature. Un tel taux classe le Bénin très loin des normes de 30% recommandées par des organismes régionaux et internationaux.

Dans les réformes, l’axe N°9 du Plan stratégique de développement et de modernisation de l’Assemblée nationale, il est  mentionné « la promotion du genre et des droits humains au regard des valeurs éthiques morales de la culture béninoise et universelle ». Mais hélas, les deux partis politiques soutenant les actions du régime en place et qui ont participé aux législatives d’avril 2019 se sont moins préoccupés du bon positionnement des femmes sur les listes électorales.

« Des efforts restent encore à faire et nous nous battrons jusqu’à l’obtention effective d’une parité homme et femme dans ces diverses instances décisionnelles », ont unanimement fait savoir les responsables de Rifonga-Bénin et de Wanep-Bénin, deux organismes de la société civile engagés dans les questions genre au Bénin.

Mais du côté des hommes politiques, « il ne sera pas question de s’éclipser pour la femme alors que cette dernière ne se bat pas suffisamment pour le mériter ». « Il est vrai que nous tenons un discours officiel et public, mais moi qui suis ici, je ne suis même pas prêt à abandonner mon siège au profit d’une quelconque femme sous le prétexte d’une parité ou le respect d’un quota genre. Pour cela, elles doivent encore se battre », a fièrement affirmé Marcellin Ahonoukoun, président du groupe parlementaire Union progressiste (UP) à l’Assemblée nationale, 8ème législature.

Tout porte donc à croire que cette représentativité, même chantée par ces acteurs, ne serait qu’utopique

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR