Le maire de Dschang, Beaudelaire Donfack, reçoit le 3ème Prix national FEICOM. © Hindrich A / HA
Le maire de Dschang, Beaudelaire Donfack, reçoit le 3ème Prix national FEICOM. © Hindrich A / HA

13 communes au total ont reçu, fin août 2019, des gratifications dans le cadre de la troisième édition du challenge organisé par le Fonds spécial d’Equipement d’intervention intercommunal (FEICOM).

 

Par Hindrich Assongo

La commune de Garoua II a reçu le premier prix national des « meilleures pratiques de développement local » au Cameroun à l’issue d’une compétition organisée par le Fonds spécial d’intervention et d’équipement intercommunal (FEICOM). C’est un organisme considéré comme la Banque des communes.

La municipalité, ovationnée à l’occasion d’une cérémonie officielle à Yaoundé, est récompensée pour son initiative d’autonomisation de la femme à travers le système d’épargne et de crédit. La branche régionale de l’Adamaoua de l’association communes et villes unies du Cameroun (CVUC Adamaoua) a reçu le deuxième prix pour la maturation et la présentation au guichet de financement des projets prioritaires des collectivités territoriales décentralisées de la région de l’Adamaoua. Quant à la commune de Dschang, située dans la Région de l’Ouest, elle accroche la troisième place pour son initiative centrée sur la gestion, le traitement et la valorisation des déchets solides sur son territoire, mise en œuvre par un établissement public qu’elle a créée : l’Agence municipale de l’eau et de l’énergie.

10 communes ont reçu des distinctions qui les sacrent « championnes » à l’échelle des régions administratives dans lesquelles elles sont implantées. Dans l’Adamaoua, la communauté urbaine de Ngaoundéré prend la première place avec un projet de boisement. Le programme « Urban special employment program(USEP) » a permis à la commune de Bafia d’arracher la première place dans la région du centre. La commune d’Angossas, à l’Est, arrive en tête avec son projet «  Ville durable, ville du futur ».

Dans la région de l’extrême-Nord, la commune de Roua a été consacrée pour son initiative de reboisement, développement des foyers communautaires, confection et utilisation des foyers améliorés. Dans le Littoral, c’est la commune de Douala II qui remporte les faveurs du jury avec son projet de mobilisation et de sécurisation des recettes communales par l’utilisation des innovations technologiques. La commune de Guider remporte le trophée régional du Nord pour avoir compéti avec son projet de valorisation du site touristique des gorges de Kola et d’organisation d’un festival culturel.

Dans la région anglophone du Nord-Ouest, la commune de Bamenda III met en œuvre un projet pour la desserte du territoire communal en eau potable. Cela lui a valu le premier prix régional. Dans l’autre région anglophone, le Sud-Ouest, la commune maritime de Tiko prend la première place avec un ensemble de projets coordonnés sous le nom de « Providing local solutions through several projects ».

Pour son opération « Un enfant, un acte de naissance », la commune de Bafoussam II accroche la première place du concours régional à l’Ouest. Enfin, au Sud, la commune de Djoum a eu l’idée, pour promouvoir le développement économique local, de créer une pépinière de cacao en vue de produire les plants et les distribuer aux planteurs recensés sur le territoire communal.

Historique du prix

Au cours de cette cérémonie des Awards tenue le 23 août 2019 à Yaoundé,  le Directeur général du FEICOM, Philippe Camille Akoa, a affirmé dans son discours que « le prix national FEICOM des meilleures pratiques communales de développement local a été créé par une résolution du Conseil d’Administration du FEICOM du 15 septembre 2010. Il vise à identifier, évaluer, récompenser les initiatives et promouvoir les initiatives de développement local des communautés urbaines, des communes et leurs regroupements qui auront contribué de manière significative et durable à l’amélioration du cadre et des conditions de vie de leurs populations. Il s’inscrit en droite ligne des recommandations de la charte africaine des valeurs et des principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local adoptée par l’Union Africaine ».

La troisième édition qui connaît son apothéose a été lancée au mois de mars 2019. C’est la troisième du genre après celles de 2012 et 2016. Pour le prix national, les collectivités territoriales décentralisées pouvaient soumettre leurs candidatures dans cinq domaines : la mobilisation des ressources, le développement économique local, la gestion des équipements et des infrastructures, la gouvernance locale et le développement durable. Le deuxième domaine cité a mobilisé le plus grand nombre de candidatures, soit 07 sur 24 pour ce prix national.

Quant aux récompenses, les prix régionaux se matérialisent par des chèques de deux (2) millions de francs CFA. Le premier prix national bénéficie d’un chèque de cinquante (50) millions de francs CFA, le second prix, vingt (20) millions de francs CFA et le troisième dix (10) millions de francs CFA.

Il est important de signaler qu’il ne s’agit pas de l’argent à verser dans les comptes des communes lauréates. « Les 100 millions de frrancs CFA mis en jeu sont des avoirs des collectivités territoriales décentralisées permettant globalement d’accéder à une ligne de financement à hauteur de 666 millions F CFA », a indiqué le directeur général du FEICOM.

Soulignons que le Ministre de la décentralisation et du développement local, Georges Elanga Obam, a présidé cette cérémonie des récompenses dédiées aux municipalités. Il était entouré d’une dizaine d’autres membres du gouvernement camerounais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.