Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Cameroun : Des universités municipales pour la vitalité de l’économie locale

Les trois (3) communes de Bafoussam, la capitale régionale de l’Ouest du Cameroun sont désormais liées à l’Université de Dschang pour des actions de développement. Pour sceller ce partenariat, une convention a même été récemment signée.

 

Par Hindrich Assongo

C’est une convention signée par le recteur de l’Université de Dschang, le Professeur Roger Tsafack Nanfosso, et les maires Jules Hilaire Focka Focka, Emmanuel Tagne Ngueko et Daniel Ndefonkou respectivement premier citoyen de Bafoussam 1er, 2ème et 3ème. Quatre volets sont prévus dans ce document: « l’assistance scientifique et technique aux communes, le renforcement des capacités, la recherche-développement et l’animation scientifique ». Une première opérationnalisation des universités municipales au Cameroun pour un délai d’essai de 12 mois renouvelable d’accord partie.

En ce qui concerne l’assistance scientifique et technique, l’Université de Dschang va appuyer les communes dans « la formulation des projets spécifiques, l’évaluation des projets, les audits fonctionnels ». Le renforcement des capacités va se faire par le biais des « ateliers thématiques de formation ou d’éducation communautaires animés par les universitaires, au bénéfice du personnel de la mairie ou d’un groupe cible identifié par elle ».

La recherche-développement se focalisera sur « l’identification à partir du plan communal de développement, des sujets pouvant bénéficier d’approfondissements ou de solutions à travers des travaux effectués par les étudiants, encadrés par les enseignants, objet d’un mémoire d’étude académique et d’une note technique exploitable par la mairie ». Enfin, l’animation scientifique concernera « l’organisation des soutenances délocalisées, des conférences thématiques, d’un colloque général de restitution et de synthèse des travaux d’étudiants, l’édition d’un livre blanc sur le développement de la commune ».

 Un financement sur le budget municipal

Pour les 12 mois sur lesquelles devra durer la convention, chacune des trois communes a accepté de mettre 20 millions de francs CFA pour financer les activités de son université municipale, soit 60 millions de francs CFA au total. Les fonds permettront de financer les travaux d’étudiants qui travaillent sur des sujets arrêtés de commun accord avec les communes, ainsi que l’expertise des enseignants-chercheurs qui se déploieront sous divers formats.

Chef de la division de la coopération à l’Université de Dschang, Serge Armel Njidjou indique que ce concept permet d’organiser une rencontre entre une offre et une demande. D’une part, il y a les municipalités qui dépensaient des sommes faramineuses pour mener diverses études de projets à travers des cabinets spécialisés. D’autre part, « la formation universitaire exige des stages d’application de plus en plus difficiles à trouver. Pourtant, les centaines de mairies que compte le Cameroun pourraient être un vivier important pour l’accueil des stagiaires et les sujets de recherche pertinents », indique-t-il.

Les universités municipales permettent donc aux communes de mener des études, de monter des projets et d’améliorer les compétences de leurs ressources humaines ainsi que de leurs habitants à moindre frais. Quant à l’Université, elle en profite pour réaliser des travaux scientifiques pertinents et pour accomplir la troisième mission à elle assignée par l’Etat : l’appui au développement. Ce sont les résultats de cette période d’essai dans les trois communes pilotes qui pourront faire adhérer les autres communes du pays.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR