Centrafrique : Une enquête parlementaire pour évaluer la catastrophe environnementale à Bozoum

Centrafrique : Une enquête parlementaire pour évaluer la catastrophe environnementale à Bozoum

Un chantier minier des chinois à Bozoum. © CNC/ HA

Les députés centrafricains ont mis en place une commission devant mener une enquête parlementaire sur des activités industrielles qui se mènent à Bozoum. Cette mission qui s’est rendue sur les lieux la semaine écoulée a été conduite par le premier secrétaire parlementaire, Bernard Dillah, député de Ngaoundaye. Cette mission rendra son rapport pour des actions plus concrètes.

 

Par Candy Nzouna

Pendant trois jours, les députés Bakassa  Achille Bangué Bétangaï de Nana, Ambroise Zawa de Bozoum et Bernard Dillah de Ngaoundaye ont visité chaque compartiment de la ville et ont examiné le niveau de dégradation environnementale dans la zone. En ligne de mire, les sociétés chinoises installées dans cette ville de Bozoum et qui exercent dans l’exploitation des mines.

A lire aussi: Centrafrique : L’autonomie des Assemblées nationales au cœur d’un séminaire interparlementaire

Suivant les membres de la mission, l’objectif de cette action est d’enquêter sur les entreprises chinoises qui exploitent, à leur guise, les minerais dans le fleuve Ouham à Bozoum, créant au passage une catastrophe environnementale sans précédent dans la région. Tout comme leurs homologues au sein du parlement, ces députés commis soutiennent que cette mission permettra d’évaluer les dégâts et d’interpeller le gouvernement pour des actions conséquentes aux fins de la préservation de l’environnement pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). La détermination et l’optimisme de ces députés ne sont plus à démontrer puisqu’ils entendent mettre fin à cette pratique qui met en danger la vie de nombreux Centrafricains.

Mais si ces élus affichent une telle volonté de préservation de l’environnement, des voix se lèvent pour douter de l’efficacité de cette mission qui ne serait qu’une mission parlementaire de plus. La rencontre qu’ont eu ces députés avec les autorités locales et leur rencontre avec les jeunes laissent transparaître des zones d’ombres quant à la technicité et le niveau d’expertise de cette mission parlementaire surtout avec le fleuve Ouham qui commence à retrouver sa forme avec cette saison pluvieuse.

Les habitants, eux, affichent plutôt une anxiété puisqu’ils soutiennent que la corruption qui sévit au sein du parlement centrafricain ne pourra pas permettre une issue favorable à ce phénomène qui est pourtant une catastrophe environnementale dans le pays.

A lire aussi: Centrafrique : La loi sur la normalisation, la certification et la promotion de la qualité adoptée

Ces députés qui ont déjà fini leur mission produiront leur rapport qu’ils déposeront sur la table de leurs homologues parlementaires pour avis et mesure à prendre. En attendant, les responsables de ces entreprises chinoises disent ne pas s’inquiéter mais se soumettront, tout de même, à la décision qui sera issue de cette enquête parlementaire.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR