Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Gabon : Dissolution de l’Assemblée nationale

Une notification de la cour constitutionnelle gabonaise lue par sa présidente devant la presse hier lundi, dissout l’assemblée nationale et somme le Chef de l’Etat de nommer un nouveau gouvernement.

Aurore Bonny

La semaine a démarré sur une note fracassante pour les députés et le gouvernement gabonais. La cour constitutionnelle n’y est pas allée de main morte sur sa décision.

Désormais elle a confié les pouvoirs de l’Assemblée nationale au Sénat. Pour cause, le mandat des députés a expiré le 28 avril dernier après avoir été reconduit deux fois. En décembre 2016, les législatives avaient été ajournées pour le mois de juillet 2017. Raison évoquée par le gouvernement, insuffisance de budget à cause de la crise postélectorale. En juillet 2017, celles-ci ont été déprogrammées pour le mois d’avril 2018. Problème, les législatives n’ont pas eu lieu.

Le gouvernement mis en cause

Cette année, le gouvernement argumentait sur l’organisation de ces élections. Il disait s’atteler à « une meilleure organisation » afin de respecter les dates prévues par la Cour constitutionnelle. C’est donc parce que le gouvernement n’a pas respecté ses engagements que la cour constitutionnelle exige sa démission ; laquelle devra suivre l’organisation des législatives dont la date est encore inconnue. Elles devront être organisées par un gouvernement de transition nommé par le président de la république selon la décision de la cour. Face à une Assemblée nationale désormais absente, ce gouvernement répondra uniquement devant le président Ali Bongo Odimba.

Du côté de la coalition nationale des partis d’opposition on voit d’un mauvais œil la décision d’attribuer les pouvoirs de l’Assemblée nationale au Sénat. C’est particulièrement dans une posture de contestation que son porte-parole David Madinga a confié la surprise de ses membres face à la presse internationale. Selon lui le président de la république devrait réagir devant ce qu’il qualifie de « crise grave ». Pour rappel, ces deux chambres parlementaires ont un mode d’élection différent. L’une émanant des collectivités locales et l’autre du peuple.

 Vue de l’Assemblée nationale du Gabon (Crédit photo: Congo Actuel)

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR