Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Ghana : La députée Lydia Seyram Alhassan salue l’ajustement financier des 53 681 agents de santé

Lydia Seyram Alhassan, députée élue dans la circonscription électorale d’Ayawaso West Wuogon a félicité le gouvernement ghanéen et le ministre de la santé pour l’ajustement financier à l’emploi des 53 681 agents de santé. Cette action du régime Akufo permettra désormais aux Ghanéens de se faire soigner à proximité et à moindre coût étant donné que les problèmes du personnel de ce secteur de la santé ont été considérablement résolus.

 

Par Josaphat Finogbé

« La concrétisation des soins de santé universels d’ici 2020 sera réalisable au Ghana avec la bénédiction du Président Akufo Addo ». Ainsi s’est exprimée la députée Lydia Seyram Alhassan devant le parlement. Membre de la Commission parlementaire spéciale de la santé, la députée a souligné que l’accès à des soins de qualité et à un prix abordable est un droit et pas un privilège comme le font croire certains qui disposent assez de moyens surtout financiers.

A lire aussi: Ghana : La loi sur l’accès à l’information adoptée par les députés

Il y a des années en arrière, souligne-t-elle, et avant le projet Centres de planification et de services de santé communautaires (CHPS), « certains centres de santé desservaient une population de plus de 50 000 personnes et se trouvaient à une heure de route environ dans certains cas ». Elle a également identifié un manque criard de personnels et de machines dans les divers centres de santé. Pour elle, le Ghana doit alors surmonter ces obstacles pour désormais des soins universels puisque les précédentes actions n’ont malheureusement pas garanti l’efficacité et la fonctionnalité des centres de santé qui garantissent le processus de prestation de santé dans le pays. Après ce diagnostic peu honorable, la députée a déclaré que le geste du gouvernement et qui consiste à ajuster financièrement l’emploi des agents de santé a considérablement stimulé la prestation des soins de santé dans le pays. « L’accès à des soins de qualité et à un prix abordable est un droit et pas un privilège », a-t-elle fait savoir.

Dans son adresse de félicitation, la députée Lydia Seyram Alhassan a révélé que

« la Banque mondiale, en partenariat avec le ministère de la Santé, le Service de santé du Ghana (SGH) et l’Autorité nationale d’assurance maladie (NHIA) est en train de mettre au point un dispositif garantissant des soins de santé aux différents niveaux du CHPS avec ou sans moyens financiers ».

Elle ajoute que ce système de santé avec la mise en place des soins universels, la première depuis la création de la IVème république, est révolutionnaire dans le pays.

Pour finir, elle a insisté sur le fait que la fourniture de soins de santé au Ghana devait être abordable, afin que les personnes qui disposent de peu de ressources financières puissent avoir accès aux soins de santé. Désormais donc, les Ghanéens peuvent se rendre régulièrement dans les établissements de santé pour faire des examens et éviter la crainte de coûts élevés dans la prestation des soins de santé.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR