Guinée-Bissau : Le PAIGC au pouvoir remporte les législatives, sans la majorité absolue.

Logo du parti au pouvoir © Tribuneafrique.com

Guinée-Bissau : Le PAIGC au pouvoir remporte les législatives, sans la majorité absolue.

La formation politique au pouvoir en Guinée Bissau a remporté les élections législatives du 10 mars dernier selon les résultats proclamés par la commission en charge de l’organisation de ces élections. Le Parti africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) prend la tête mais sans disposer de la majorité absolue et est désormais contraint de faire une coalition avec les autres forces politiques.

 

Par Josaphat Finogbé

84%, c’est le taux record de participation des électeurs Bissau guinéens lors de ces élections législatives les plus disputées d’ailleurs depuis l’avènement de la démocratie dans le pays. Au soir de ce scrutin législatif, le Parti au pouvoir, PAIGC, arrive en tête avec 47 sièges sur les 102 du parlement. Le Madem-G15, une formation politique des quinze dissidents du PAIGC, créé il y a à peine huit (8) mois, a fait un score qu’on pourrait qualifier de meilleur avec 27 sièges. Quant au parti de la Rénovation sociale, tête de file de l’opposition, il n’a bénéficié que de 21 sièges et perd la moitié de ses députés. Le score électoral du parti au pouvoir ne lui permet pas de gouverner seul. Il est donc contraint de trouver un accord avec les autres forces pour s’assurer une majorité au parlement.

Dans les tractations politiques, le parti PAIGC a déjà conclu un accord avec sept (7) groupes au total le mardi dernier. Mais cette alliance devrait être validée par la Cour suprême comme l’exigent les textes. De l’autre côté, deux groupes, le Madem G-15 et le Parti pour la rénovation sociale se sont mis ensemble afin de former un bloc d’opposition à l’Assemblée nationale. Pour l’heure, l’espoir des deux camps repose sur la décision de Nuno Gomes Nabiam, dirigeant du Parti démocratique de la Guinée-Bissau. Ce dernier, avec ses cinq (5) députés, pourrait basculer la majorité absolue dans un sens ou dans l’autre.

Le schéma politique actuel renvoie au scénario de 2014 et le Président de la République, José Mario Vaz, exclu du PAIGC, va devoir cohabiter, pour une nouvelle fois, avec son ancien premier ministre, Domingos Simöes Pereira qu’il avait pourtant révoqué en août 2015.

Le climat pacifique dans lequel se sont tenues ces élections législatives laisse présager l’organisation, très prochainement, des élections présidentielles. Et pour une nouvelle victoire du parti au pouvoir, il faudra aux dirigeants, selon les observateurs de la vie sociopolitique du pays, de redoubler d’efforts et de savoir conclure, dès à présent, les accords politiques.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR