Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Guinée-Bissau : Législatives du 10 mars 2019, la campagne est officiellement ouverte

Les électeurs de la Guinée-Bissau se rendront aux urnes le 10 mars prochain pour élire leurs représentants au parlement. En prélude donc à ce vote crucial et comme l’exigent les textes en vigueur dans le pays, la campagnes électorale a été officiellement lancée ce samedi 16 février 2019.

 

Par Mounirath Olagnika

C’est désormais parti pour la campagne en vue des élections législatives du 10 mars en Guinée-Bissau. La procédure électorale qui a démarré depuis le mois de janvier a permis aux différentes formations politiques de présenter leurs listes de candidats auprès de la Cour suprême de justice (CSJ) qui avait statué sur leur validité. Cette étape franchie, la campagne s’ouvre ce 16 février pour s’achever le 8 mars prochain. Les différents candidats doivent désormais envahir le terrain et aller au contact de leurs électeurs afin de bénéficier de leur suffrage. Quelques heures seulement après le lancement de cette campagne électorale, on observe déjà des posters géants, des processions et des meetings des candidats dans les différents lieux de rassemblement.

Au soir de ce scrutin législatif, les Guinéens pourront renouveler les 102 sièges de l’Assemblée nationale, dominée par l’opposition, avec 15 députés du mouvement pour l’alternance et la démocratie (Madem) et 41 députés du Parti pour le renouveau social (PRS). Les maux auxquels la Guinée-Bissau fait face sont l’instabilité politique et militaire. Les enjeux de cette élection sont donc importants, permettant à la Guinée-Bissau de sortir de la crise politique dans laquelle elle est plongée depuis 2015. Une crise politique survenue lorsque le Président José Mario Vaz limoge le premier ministre Domingos Simoes Pereira, chef du parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-vert (PAIGC), au pouvoir et dont fait également partie José Mario Vaz, suite à des dissensions entre les deux hommes. Dans le contexte d’une possible levée des sanctions imposées au pays par la communauté internationale depuis le coup d’État de 2012, ce scrutin législatif apparaît donc comme étant le premier test avant l’élection présidentielle.

Suivant les propos de la majorité des électeurs, « il est impérieux de choisir les dirigeants devant valablement représenter les Guinéens afin que le peuple ne vive plus jamais ce qui s’est toujours passé ». « Nous allons choisir celui qui va nous faire sentir bien. », a déclaré Ma, de Melo Soares Neto, une électrice rapporté par nos confrères d’Africanews.

En Guinée-Bissau, l’Assemblée nationale populaire est composée de cent deux sièges pourvus tous les cinq (5) ans dont cent au scrutin proportionnel plurinominal avec listes bloquées dans vingt sept circonscriptions électorales plurinominales. Suite aux réformes récentes, les deux sièges restants sont élus par la diaspora, présente notamment en Afrique et en Europe. Aussi, les partis ont-ils l’obligation de présenter des listes de candidats comportant au moins 36% de femmes dans chacune des circonscriptions.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR