Guinée : les députés révisent la loi sur la polygamie

Guinée : les députés révisent la loi sur la polygamie

Les parlementaires guinéens lors de l’examen du code civil (2ème lecture) ce 9 mai 2019. © Abdoulaye Alpha Diallo/ HA

Les députés guinéens sont revenus, moins de cinq (5) mois après son adoption, sur  la loi portant légalisation de la polygamie dans le pays. Réunis en séance plénière ce jeudi 9 mai 2019 à l’Assemblée nationale, ces parlementaires ont voté en faveur du nouveau texte renvoyé en seconde lecture au parlement par le Président de la République, Alpha Condé. Selon la nouvelle monture de cette loi, en matière de mariage, la monogamie est désormais érigée comme la règle et la polygamie l’exception.

 

Par Abdoulaye Alpha Diallo

Alors qu’ils avaient voté pour la polygamie le 29 décembre dernier, les députés guinéens ont fini par revoir leur copie à ce sujet.  Sur les 71 députés présents des  113 inscrits, il n’y a que deux qui ont voté contre ce nouveau code civil. Le reste a donné sa caution dans l’espoir d’avoir doté la Guinée d’un code civil capable d’impulser de nouvelles cohabitations sociétales au sein des Guinéens.

A lire aussi: Guinée : le nouveau code civil légalise la polygamie

Selon la commission des lois, « cette relecture de l’article 281 de ce code civil trouve essentiellement son intérêt dans le fait que la polygamie qui était la règle suivant la précédente rédaction, est désormais prévue comme exception et la monogamie est devenue la règle en matière du mariage pour tous les citoyens guinéens ». Ainsi, l’alinéa 1er de cet article stipule désormais que : « le mariage est soumis au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens ». Dans le même article du précédent code civil, cela laissait la liberté pour chaque couple de choisir entre la monogamie et la polygamie (limitée à 4 femmes Ndlr). Toutefois, poursuit l’alinéa 2, « le futur mari peut, au moment de la célébration du mariage, en présence de sa future épouse et avec l’accord explicite de celle-ci, déclarer qu’il opte pour la polygamie limitée à deux, trois ou quatre femmes ».

 En l’Absence d’accord entre les futurs époux sur l’option de la polygamie, l’officier de l’état civil ne peut célébrer le mariage, précise, pour sa part,  l’alinéa 4 du même article.

Les parlementaires, surtout les femmes, ont vivement salué l’adoption de cette loi qui rassure, un tant soit peu, la femme mariée. Contrairement à leur acte de s’être abstenues en décembre 2018 lors du vote, elles se sont empressées pour voter pour ce nouveau texte de loi. Elles sont tout de même préoccupées quant au sort réservé aux épouses dont les maris ont plus d’une femme. « Nous ne voulons pas que cette loi laisse certains sur le quai. Nous y veillerons », a promis le ministre de la justice, Me Cheick Sako lors du débat qui a précédé le vote de la loi à l’hémicycle.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR