Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Guinée : liberté pour le candidat à la mairie de Matam, après deux jours d’audition

Le candidat de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) pour la mairie de Matam, l’une des 5 communes de la capitale, Conakry, Soria Bangoura, a été auditionné, lundi 27 et ce mardi 28 août 2018, à la direction nationale de la police judiciaire (DPJ), pour avoir tenu, le samedi 18 août, des propos jugés outrageants et diffamatoires à l’endroit du président de la République, Alpha Condé.

Par Alpha Débeya Diallo

Après deux jours d’interrogatoire, les enquêteurs n’ont finalement retenu aucune charge contre ce haut responsable du parti de l’ancien premier ministre, Cellou Dalein Diallo, qui reste dans la course pour devenir prochain maire de la commune Urbaine de Matam.

« Il faut avouer que les choses se sont bien passées. Le professionnalisme a prévalu. Le souci du maintien de la paix a prévalu et aujourd’hui, on l’a mis à ma disposition de façon définitive. La poursuite judiciaire est classée dans la mesure où l’audition est terminée et le procès verbal est signé », s’est réjoui son avocat, Maitre Alseny Aissata Diallo, à la fin de l’enquête préliminaire. L’intéressé a pour sa part déclaré que « nous bougeons et nous avançons vers une vraie démocratie ». Hier à l’issue de la première journée d’audition, Soria Bangoura, avait salué le comportement « formidable » des policiers enquêteurs.

Il y’a quelques jours, il avait affirmé que sa convocation était une chasse aux sorcières qui visent à « l’écarter » de la course pour la mairie de Matam ; une mairie convoitée par l’Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré, soutenue par le parti présidentiel, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG).

« Dire qu’Alpha Condé est d’origine Burkinabè, je ne sais pas en quoi ça dérange », s’était-t-il interrogé. « Quand on a dit à Obama qu’il n’est pas américain, il a sorti son acte de naissance. Sarkozy qui a une origine hongroise n’a pas été empêché d’être président de la république » avait-il avancé, en indiquant que « rappeler l’origine de quelqu’un fait partie de l’histoire ».

En avril dernier, un autre membre actif de l’UFDG et conseiller communal à Matoto, une autre commune de la capitale guinéenne avait été reconnu coupable d’injures, d’outrage et diffamation à l’encontre du président Alpha Condé, pour des propos tenus quelques semaines auparavant sur les réseaux sociaux. Ibrahima Sory Camara, avait été condamné à 18 mois de prison ferme et une amende de 2 millions de francs guinéens, soit environ 190 euros, par le tribunal de première instance de Kaloum. Depuis, il purge sa peine à la prison civile de Conakry.

Légende:S.Bangoura, à la sortie de la DJP ce 27/08/18 (Crédit photo :Hémicycles d’Afrique)

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR