Parlement du Kenya © rfi.fr
Parlement du Kenya © rfi.fr

Les députés kényans ont enfin abrogé la loi querellée et controversée sur le plafonnement des taux d’intérêt dans le pays.

 

Par Romuald Affedjou

Le Parlement kenyan a approuvé cette semaine l’abrogation de la loi sur le plafonnement des taux d’intérêt des prêts accordés par les banques commerciales. C’est une mesure qui vise  à stimuler la croissance des prêts bancaires dans le pays est-africain. Elle intervient quelques semaines après que le Président Uhuru Kenyatta a conditionné la promulgation du budget de l’Etat, exercice 2020, à la suppression de cette loi.

Instauré depuis 2016, le plafonnement des taux d’intérêt des prêts commerciaux avait quatre points au-dessus du taux directeur de la Banque centrale. Ce plafonnement avait conduit à un ralentissement de la croissance des crédits accordés au secteur privé et impacté négativement les performances des banques kényanes. Face à ces conséquences, le Fonds monétaire international (FMI) avait appelé les autorités à annuler cette loi avant de bénéficier d’une nouvelle aide financière.

A en croire Jibran Qureishi, économiste pour l’Afrique de l’Est à la Stanbic Bank, la nouvelle mesure pourrait faciliter le déblocage d’un programme de financement en faveur du pays, de la part du FMI. Pour lui, cette abrogation adoptée par le parlement kenyan est une avancée car pendant les trois dernières années,  l’ancienne loi limitait le taux d’intérêt appliqué aux crédits bancaires à 4% au-dessus du taux directeur de la Banque centrale. Selon certains économistes du pays, la nouvelle législation pourrait donc avoir des conséquences diverses selon les types d’acteurs et sous-secteurs de la finance. Un nouveau tournant donc pour l’économie kényane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.