Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Mali : la nouvelle réorganisation territoriale fait débat

Le gouvernement malien a lancé la semaine dernière, les travaux des concertations régionales sur la nouvelle réorganisation territoriale. Censé donner plus d’autonomie aux collectivités dans le but d’un meilleur développement, le dossier divise les  maliens.

Par Nouhoum Kane

Prévues pour durer trois jours, ces concertations se prolongent finalement sur un mois. L’opposition et une partie de la société civile considèrent que ce nouveau découpage n’est autre qu’un moyen de satisfaire une partie des groupes rebelles afin d’amorcer l’indépendance tant réclamée par ces derniers. Ils pointent aussi du doigt une stratégie du parti au pouvoir pour obtenir plus de députés à l’hémicycle.

Durant ces concertations, représentants de l’état, partis politiques, associations et organisations de la société civile, collectivités territoriales, chefferies traditionnelles et différents groupes signataires de l’accord de paix de 2015, réfléchiront sur leur représentation à l’Assemblée nationale et sur le mode de scrutin.

Il agit de faire appliquer la loi 2012-017 du 02 mars 2012 portant création de 11 nouvelles régions administratives, qui prévoyait leur opérationnalisation échelonnée sur 5 ans. Avec la crise politico sécuritaire que connait le Mali depuis 2012, son application s’est révélée quasi impossible.

Il s’agira pour l’état de déléguer plus de pouvoir aux collectivités et de rapprocher l’administration de ses administrés, afin qu’ils prennent leur destin en main pour un meilleur développement.

Réclamé par bon nombre de maliens depuis quelques années, la population voyait en ce nouveau découpage territorial un moyen efficace pour lutter contre la corruption et le clanisme dans la gestion du pouvoir. Une demande de décentralisation qui s’explique aussi par le manque de confiance des populations envers le pouvoir central, dans la gestion des dossiers complexes.

Mis à part la décentralisation, cette nouvelle réforme s’articule également autour de la déconcentration. Ces deux principes se matérialiseront respectivement sur les circonscriptions et les collectivités territoriales. « Chose qui aura pour avantage le développement harmonieux des 19 régions plus le district de Bamako, les 60 cercles et les 330 arrondissements que comptent le Mali » affirme le gouvernement malien.

©Mali’s News

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR