Mauritanie : La députée Saoudatou Wane, l’amazone élue de la communauté noire

Mauritanie : La députée Saoudatou Wane, l’amazone élue de la communauté noire

La députée Saoudatou Wane, combattante des causes des noirs mauritaniens © debbosenegal.com

Députée mauritanienne, Saoudatou Wane est une fervente défenseure des droits des femmes et de la communauté noire de Mauritanie. Son combat, œuvrer pour le respect des textes qui régissent et garantissent les mêmes droits aux fils et filles du pays. Portrait d’une femme qui a le souci d’un meilleur tableau sociopolitique pour son pays.

 

Par Aurore Bonny

Le parlement mauritanien a connu des moments politiquement forts avec la présence, à l’hémicycle de la députée Saoudatou Wane. Cette dernière s’est illustrée par son courage et ses prises de positions, sans langue de bois, en faveur des Mauritaniens noirs, des femmes et des couches sociales défavorisées.

A lire aussi: Portrait : Haby Mint Rabah, de l’esclave à l’abolitionniste

Elle a débuté ses classes en politiques au sein de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie (AJD).  Suite à la présidentielle de 2007, elle a été élue présidente du mouvement des femmes de son parti, au congrès de 2008. Son combat pour l’émancipation et la promotion des femmes n’est plus à démontrer. Saoudatou Wane a toujours décrié la mauvaise position des femmes dans les instances décisionnelles en Mauritanie. Pour elle, toutes les luttes de ses compatriotes sont la  preuve qu’elles n’occupent pas les places qu’elles devraient occuper.

Luttant au sein d’un parti encourageant la parité, elle accuse le fait que 50% de la population soit féminine et pourtant, les dames restent sous représentées dans les cercles de décisions, sur le plan politique et économique surtout.

Plus qu’une amazone, l’apôtre des noirs

Elle regrette les inégalités criantes communautaires et citoyennes mais aussi l’oppression des communautés Negro Africaines et Haratines par le système des Maures blancs. Dans son combat, elle incrimine également le manque d’application des lois contre l’esclavage et la marginalisation et surtout l’exclusion des communautés Pulaars, Wolofs et Soninkés.

L’élue mauritanienne réclame la justice qui n’a pas encore été appliquée en faveur de ceux d’entre eux qui ont été victimes des graves événements de 1989 pendant lesquels l’Etat a déporté certains d’entre eux au Sénégal et au Mali et massacré d’autres y compris au sein de l’armée mauritanienne.

Les différentes prises de positions de Saoudatou Wane lors des plénières au sein de l’hémicycle mauritanien dénotent de son engagement a toujours défendre les noirs du pays. A maintes reprises, elle s’est insurgée contre le raciste souvent réservé à ces noirs par ses collègues du parlement.

En 2017, au cours d’un débat parlementaire, elle avait nettement interrompu le député  Mahfoud Ould Jeyd lors de son intervention qu’elle avait qualifiée « d’humiliation des Noirs mauritaniens ». Il avait, en effet, appelé à interdire autres langues que l’arabe à l’Assemblée nationale alors que le pays est multilingue. Il est à signaler que les noirs de la Mauritanie s’expriment autant en Arabe qu’en Poulaar, Soninké ou Wolof comme le reconnait la constitution. Au cours de cette altercation qui avait engendré la suspension de la session plénière, elle avait déclaré que « les noirs n’abandonneront jamais la Mauritanie aux autres ».

Dans une interview accordée à L’Association d’aides aux veuves et aux orphelins de Mauritanie (AVOMM), elle accuse les « autorités racistes de profiter du fichier d’Etat civil pour exclure un nombre important de noirs ». Pour elle, « il importe d’aborder la question du génocide des noirs africains mauritaniens pour réaliser l’unité nationale. Laquelle est évoquée avec hypocrisie ». Son parti s’active à exiger l’abrogation de la loi jugée scélérate portant sur l’amnistie de 1993. Cette loi, selon elle, protège encore les criminels qui siègent, pour la plupart, au parlement. Elle affirme que tant que ces derniers ne seront pas punis « les Mauritaniens ne seront jamais réconciliés avec eux-mêmes ».

A lire aussi: Interview: Biram Dah Abeid «Si je suis élu, nous allons corser les lois sur l’esclavage »

Beaucoup de Mauritaniens saluent l’engagement et le courage de l’élue de l’AJD et évoquent son nom avec beaucoup de fierté. Ses interventions dans tous les domaines de la société, sont largement applaudies puisque sa seule raison, c’est de voir respecter les textes en la matière qui donnent à tous les Mauritaniens, les mêmes droits et devoirs.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR