Nigéria : L’Assemblée de Kaduna adopte une loi interdisant tout prêche dans l’Etat sans licence préalable

Nigéria : L’Assemblée de Kaduna adopte une loi interdisant tout prêche dans l’Etat sans licence préalable

Le bureau de l’Assemblée de Kaduna lors de l’adoption du projet de loi ce vendredi 7 juin 2019 © nassnewsng.com/HA

Les élus de l’Assemblée de Kaduna, un des Etats du Nigeria, se sont retrouvés ce vendredi 7 juin 2019 pour l’adoption du projet de loi portant sur les pratiques religieuses dans l’Etat. Cette nouvelle loi vient modifier celle de 1984 relative à la régulation des prêches religieux. Pour les députés de cette Assemblée, la nouvelle loi redéfinit les pratiques qui devront désormais régir le prêche et surtout les conditions d’exercice de pratiques religieuses par des « hommes de Dieu ».

 

Par Daphney Gbètogbé

Au cours de la plénière de l’Assemblée de Kaduna ce vendredi 7 juin, le président de la Chambre, Aminu Abdullahi Shagali, a informé les élus qu’un Conseil de réglementation interconfessionnel avait été déjà mis en place avec à sa tête un président nommé par le gouverneur de l’Etat sur les recommandations du secrétaire général du gouvernement de l’Etat. Aussi, a-t-il signalé que les chrétiens et les musulmans sont bien représentés dans ledit conseil.

A lire aussi: Nigéria : Le parlement corse la procédure d’obtention d’accréditation des journalistes

Suivant les dispositions de la nouvelle loi, un gouvernement local interreligieux sera mis en place au sein des 23 gouvernements locaux de l’Etat. Le projet de loi adopté interdit désormais à tout homme religieux de prêcher avec des moyens qui concourent à la pollution sonore dans l’Etat. Selon la loi, « toute personne qui joue une cassette religieuse ou utilise un haut-parleur à des fins religieuses entre 23h et 4h du matin dans un lieu public ou ces moyens à des fins religieuses autres que celles situées dans une église ou mosquée commet ainsi un délit. Une telle personne ou groupe de personnes, est passible d’un emprisonnement minimal de deux (2) ans ou d’une amende inférieure à 200 000 Naira, ou les deux ».

Cette nouvelle disposition réglementaire ajoute également que toute personne qui insulte publiquement ou cherche à inciter, mépriser toute religion, en faisant de fausses déclarations de manière à entraîner la violence et la violation de la paix sur le territoire de l’Etat sera punie d’un emprisonnement de moins de cinq (5) ans, une amende d’au moins 100 000 Naira ou les deux.

A lire aussi: Nigeria : Le Sénat adopte la loi sur l’agence d’assurance maladie au profit de la capitale fédérale

D’autres Etats du Nigeria entendent emboiter les pas à l’Assemblée de Kaduna à ce sujet. La loi ainsi adoptée par les élus, elle n’attend que sa promulgation par le gouverneur de l’Etat, Nasir El-Rufai, pour entrer en vigueur.

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR