Le Président béninois, Patrice Talon lors de son message à la nation ce lundi 20 mai 2019 © Présidence du Bénin
Le Président béninois, Patrice Talon lors de son message à la nation ce lundi 20 mai 2019 © Présidence du Bénin

Par Mouftaou Badarou, Directeur de « MANAGERS Afrique »

Son intervention était très attendue depuis les violences post-scrutin législatif du 1er  et 2 mai derniers. Et le Président béninois n’a pas dérogé à sa réputation d’homme à poigne.

Dans son allocution diffusée lundi 20 mai 2019 par la télévision nationale béninoise à l’heure du journal de 20 heures, Patrice Talon, d’un ton martial et solennel, s’est montré intransigeant sur la nécessaire réforme du système partisan béninois qu’il qualifie de « multipartisme débridé, cultivé depuis bientôt 30 ans et qui est la cause principale du mauvais management, source du sous-développement du pays ». Il est donc clair qu’il entend aller au bout de ses réformes engagées au risque d’une cristallisation de la vie politique au Bénin. D’autant qu’il reconnaît lui-même que ces réformes « difficiles  peuvent paraître imposées ».

A lire aussi: Bénin – Législatives 2019 : L’ancien Président Boni Yayi demande la suspension du processus électoral

Antidote à son isolement sur la scène internationale, le Président béninois avait pris soin d’envoyer des émissaires aux Présidents togolais, nigérian, ivoirien et congolais ainsi qu’à la CEDEAO pour expliquer les enjeux des réformes en cours du système partisan béninois.

Mais, comme son silence a pu le laisser croire, Patrice Talon s’est laissé à l’émotion, à l’évocation des Béninois tombés sous les balles de la police le 2 mai dernier, au cours des manifestations autour de la maison de l’ancien Président Boni Yayi que l’on disait menacé d’arrestation. Il a ainsi témoigné de sa « tristesse immense » et exprimé « sa compassion aux familles éplorées ».

Mais, en martelant d’un ton plein de sous-entendus que cette situation ne doit plus jamais se répéter, le Président béninois a renvoyé l’opposition à ses errements, tout en laissant la porte ouverte à une future table ronde avec les opposants. Reste à savoir si l’opposition répondra à cet appel, elle qui continue de poser l’annulation du scrutin législatif du 28 avril comme préalable à toute nouvelle rencontre avec le Président Talon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.