Les députés béninois ce 1er novembre 2019 lors de l’adoption de la Constitution © AN / HA
Les députés béninois ce 1er novembre 2019 lors de l’adoption de la Constitution © AN / HA

Les parlementaires béninois ont désigné ce jeudi 30 janvier 2020, leurs représentants  au sein du parlement de la CEDEAO. Contrairement aux recommandations de cette institution, le quota de la femme n’a pas été respecté.

 

Par Romuald Affedjou

Les députés Nazaire Sado, Sèdami Mèdégan Fagla, Bida Nouhoum Youssoufou, Hyppolyte Hazoumè et Issa Salifou Saley sont désormais les envoyés de l’Assemblée nationale du Bénin au sein du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). La procédure de désignation de ces représentants a été enclenchée depuis le lundi 27 janvier au parlement avec l’adoption des modalités de désignation des cinq représentants de la 8ème législature selon le principe de représentation proportionnelle majorité/minorité parlementaire.

Selon la modalité de désignation proposée par la commission chargée des lois, le groupe parlementaire de l’Union progressiste (46 députés), a droit à trois sièges. Et le groupe parlementaire Bloc républicain (37 députés) devra désigner deux représentants.

Suivant le protocole additionnel de la CEDEAO, l’obligation a été faite à chaque parlement membre de désigner 30% de femmes parmi ses ambassadeurs parlementaires. Malheureusement par ce vote, l’approche genre, telle recommandée par l’institution n’a pas été respectée. Au lieu de désigner deux députées minimum, l’Assemblé nationale béninoise a porté son choix sur Sèdami Mèdégan Fagla, l’unique femme de la délégation suite à un vote à bulletin secret.

Signalons que le verdict des députés s’est soldé par 48 voix pour, zéro contre et zéro  abstention sur un parlement qui comporte 83 députés au total.