Parlement panafricain: le Sénégalais Djibril War élu président de commission

Parlement panafricain: le Sénégalais Djibril War élu président de commission

Le député sénégalais Djibril War, président de la Commission permanente des règlements, des privilèges et de la discipline du parlement panafricain © actusen.sn

Le député sénégalais Djibril War intègre les organes du parlement panafricain. Il a été élu président de la Commission permanente des règlements, des privilèges et de la discipline de l’institution en marge de la deuxième session de la cinquième législature du parlement panafricain qui s’est tenu du 6 au 17 mai 2019 à Midrand, en Afrique du Sud.

 

Par Ibrahima Ba Diouma

Le Sénégal a gagné un siège pas des moindres lors de la deuxième session de la cinquième législature du parlement panafricain qui a pris fin ce 17 mai 2019 à Midrand, près de Johannesburg en Afrique du Sud. C’est le député Djibril War qui a été promu pour occuper le poste de président de la Commission permanente des règlements, des privilèges et de la discipline.

A lire aussi: Sénégal: le parlement approuve une nouvelle réforme constitutionnelle 

Juriste de formation, il est membre de la coalition au pouvoir et militant du parti présidentiel. Djibril War a été président de la Commission des lois et des droits humains à l’Assemblée nationale durant trois ans dans la douzième législature (2012-2017). Le chef de la délégation sénégalaise aux travaux de Midrand a également occupé les fonctions de Président de la Commission Ad-Hoc des Réformes de l’Union Africaine sous l’autorité du président rwandais Paul Kagame (2018-2019). Aujourd’hui président de commission, il saura user de ces compétences pour impulser son dynamisme au sein de ce parlement.

Zoom sur le parlement panafricain

Le Protocole de l’Acte constitutif relatif au Parlement panafricain a été adopté lors du sommet de l’Union Africaine en juin 2014 à Malabo, en Guinée équatoriale. Il stipule que « le Parlement est la Chambre législative de l’UA ». Cinq ans après, le PAP est encore un organe consultatif et de « supervision budgétaire au sein de l’UA ». En lieu et place d’une élection au suffrage universel direct, « ses membres sont désignés par les parlements nationaux des États membres ».

Le PAP a pour fonctions et objectifs de « faciliter et contrôler la mise en œuvre des politiques, programmes et objectifs de l’UA, de promouvoir le respect des droits de l’homme et la consolidation des institutions et principes démocratiques, la bonne gouvernance, la transparence et l’état de droit au sein des organes de l’Union, les communautés économiques régionales (CER) et les États membres, de contribuer à l’harmonisation et à la coordination de la législation des États membres, de formuler des recommandations sur le budget de l’Union Africaine » entre autres. Chaque Etat-membre ayant ratifié le protocole de Malabo envoi cinq membres dont au moins une femme pour siéger au parlement panafricain. Selon l’article 7 alinéa 2 du Règlement intérieur du PAP, « le mandat d’un parlementaire commence lorsqu’il a prêté serment ou prononcé une déclaration solennelle en séance plénière du PAP. Le mandat du parlementaire doit correspondre au mandat de son parlement national ou à tout autre assemblée délibérante qui l’a élu ou désigné ».

Les organes de l’institution sont le bureau et les 11 commissions déterminées par les élus. L’organe de délibération est la plénière. « Le Bureau se compose d’un président et de quatre vice-présidents, représentant les cinq régions de l’UA. Le Parlement compte dix commissions permanentes et une commission ad hoc, dont le mandat et les fonctions sont définis dans le règlement intérieur du PAP. Ces attributions correspondent aux fonctions des comités techniques spécialisés de l’UA. Chaque commission peut compter jusqu’à 30 membres ».

A lire aussi: Sénégal : collectivités locales, la gestion des comptes par un logiciel

Chaque année, le PAP tient au moins deux sessions ordinaires. Il peut aussi se réunir en session extraordinaire. L’article 28 du Règlement intérieur stipule que « Les commissions permanentes se réunissent deux fois par an (mars et août) pour les réunions statutaires et peuvent se réunir plus souvent en session parlementaire ou pour des réunions non statutaires, le cas échéant. Les groupes se réunissent deux fois par an en session ordinaire à l’occasion des sessions parlementaires ».

COMMENTS

WORDPRESS: 0
Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR