Vendredi 06 Avril 2018, le tribunal des flagrants délits de Dakar a jugé le maire de Mermoz-Sacré-Cœur Barthélémy Dias. Il est accusé de provocation d’attroupement non armé et poursuivi pour « outrage à magistrats de l’ordre judiciaire dans l’exercice de leurs fonctions et discrédit sur une décision juridictionnelle dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance ». Le président du tribunal rendra son verdict le 17 Avril. Reportage

Par Ibrahima Diouma Ba

Palais de justice de Dakar, il est neuf heures passées. Un vent glacial sous l’emprise de la brise marine souffle au quartier Reubeus niché à quelques encablures du centre ville de la capitale sénégalaise. De loin, une file d’attente est visible. Des anonymes et des soutiens de Barthélémy Dias venus très nombreux tôt le matin pour assister à son procès. En face, un impressionnant dispositif sécuritaire composé de policiers et de gendarmes.

A l’intérieur de la salle d’audience, les avocats de la défense sont d’attaque. Ils plaident la relaxe de leur client qui pour eux est victime du système judiciaire. Ils soulèveront plusieurs nullités poussant la cour à se retirer pour les étudier. L’audience sera plusieurs fois suspendue au cours de la journée avant que le juge ne prononce sa décision de renvoi pour le verdict dans une dizaine de jours. Au cours des réquisitoires, Maître Elhadj Diouf, l’un des avocats de l’édile de Sacré-Cœur dénonce avec véhémence les chefs d’accusations prononcés contre son client. Selon lui : « Barthelemy Dias a le droit d’exprimer son opinion sur cette justice aux ordres de l’exécutif pour alerter le peuple. Le président de la République qui dirige le Conseil supérieur de la magistrature est entrain de manipuler cette haute institution. Et personne ne peut empêcher Barthelemy Dias de le dénoncer ».

Entre l’indépendance de la justice et les accusations d’impartialité contre le parquet, rattaché au ministère de la justice, la politique s’invite au débat. Plusieurs leaders membres de l’opposition étaient présents pour apporter leur soutien à Barthélémy Dias. Ils ont unanimement accusé le régime du président Macky Sall d’instrumentaliser la justice. « Le système Judiciaire doit garder son impartialité, mais également son indépendance. Or, dans notre pays, le conseil supérieur de la Magistrature est présidé par le chef de l’Etat. Tant qu’il en sera ainsi, il sera difficile que les décisions de justice ne soient pas contestées » s’est plaint Malick Gakou président du Grand Parti.

Selon le parquet, « le prévenu a laissé entendre qu’il y a au sein de la justice, de la magistrature, des prostitués et notre honneur est largement bafoué ». Dans son réquisitoire, le substitut du procureur a requis deux ans de prison ferme contre Barthélémy Dias. Ce dernier a tenté à la barre, de repréciser le sens de ses propos prononcés après la condamnation de Khalifa Sall. Il a tout de même rappelé qu’il était engagé à rester en prison pour soutenir son leader. « Dans ce pays, tout le monde va en prison, les policiers, les députés entre autres, sauf les magistrats. Et je dis dans cette haute magistrature intouchable que je respecte beaucoup, il y a des brebis galeuses qui ont trahi leur serment, en refusant de rendre la justice au nom du peuple sénégalais » a-t-il répété devant le tribunal.

A rappeler que les charges d’offense au Chef de l’Etat n’ont pas été retenues finalement contre Barthélémy Dias. Le tribunal rendra sa décision sur les exceptions de nullités soulevées par la défense le jour du délibéré.

Placé sous mandat de dépôt le 03 Avril, Barthélémy Dias a été arrêté le 30 Mars 2018 devant les locaux du site d’informations DakarActu après une émission sur la condamnation de Khalifa Sall. Il avait traité les magistrats de prostitués et appelé à manifester contre le verdict prononcé à la suite du procès du maire de la ville Dakar.

Photo: Barthélemy Dias (Crédit photo Getty images)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.