Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité

Togo : Affaire Bolloré, l’opposition demande une commission d’enquête parlementaire

L’homme d’affaire français Vincent Bolloré est depuis quelques semaines mis en examen pour «corruption d’agents publics étrangers, complicité d’abus de confiance, complicité de faux et usage de faux».C’est dans le cadre de ses activités en Guinée et au Togo justement où 23 députés de l’opposition viennent de saisir le parlement.

 Par Alphonse Logo

En vue de voir clair dans les incriminations à l’encontre du propriétaire du Groupe Bolloré mis en examen depuis quelques semaines par la justice française pour «corruption d’agents publics étrangers, complicité d’abus de confiance,  complicité de faux et usage de faux» dans ses activités au Togo et en Guinée, 23 députés de l’opposition togolaise viennent d’introduire à l’assemblée nationale une résolution appelant à «la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les conditions dans lesquelles les concessions de la gestion d’une partie du Port Autonome de Lomé ont été attribuées au Groupe Bolloré».

Selon les médias français, «les faits incriminés auraient été notamment commis pour favoriser l’attribution par les autorités togolaises (comme en Guinée), des contrats de concession relatif au marché public de la gestion du Port Autonomea de Lomé (PAL)».

Selon les 23 députés togolais, «tout semble flou dans l’application des règles habituelles d’attribution des marchés publics».

En application des articles 128 et suivants le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, ils demandent au président de la chambre basse de faire créer « une commission d’enquête de quinze (15) membres au maximum chargée : de recueillir toutes les informations utiles et pertinentes sur la manière dont les concessions des activités du PAL sont attribuées aux candidats ou soumissionnaires ». L’autre mission de la commission d’enquête, c’est de recueillir auprès des autorités publiques, des administrations concernées, de la Commission de Privatisation et du PAL des informations complètes sur les conditions d’attribution des concessions portuaires au Groupe Bolloré Africa Logistics. Les membres de cette commission devront également établir entre autre si le Groupe Bolloré Africa Logistics a été anormalement favorisé dans l’attribution desdites concessions.

Selon le député Sambieri Targone, contacté par Hémicycles d’Afrique, le président de l’Assemblée nationale devra donner une suite à cette demande des députés dans les quinze jours au plus tard.

«S’il refuse de créer le cadre de cette enquête parlementaire, il sera considéré comme complice de l’ombre du flou qui pèse sur cette affaire» a indiqué Sambieri Targone à HA.

Le groupe Bolloré s’est installé au Togo en 2011, peu après la réélection de Faure Gnassingbé comme président de la République sur fond de campagne dont la communication avait été dirigée par Havas, une société de communication appartenant à Vincent Bolloré.

Selon certains observateurs, c’est une nouvelle pression que l’opposition togolaise tente de mettre sur le pouvoir de Faure Gnassingbé via le parlement.

Depuis Août 2017, elle est dans un bras de fer sans pareil avec le gouvernement réclamant des réformes constitutionnelles et institutionnelles avec le départ de Faure Gnassingbé du pouvoir. Le dialogue sous la médiation Ghanéenne pour une sortie de crise entamée depuis Février est aussi au point mort et l’économie du pays en ressort fortement touché selon les derniers rapports du FMI.

Photo d’illustration de l’Assemblée nationale du Togo. (Crédit photo: Autre presse)

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR