Hémicycles d'Afrique
A la Une Togo

Togo : La vice-présidente de l’assemblée nationale et la FACS s’engagent pour le respect des droits de la femme

Méimounatou Ibrahima, vice-président de l’Assemblée nationale du Togo et présidente du comité d’organisation du forum sur la femme © Jeune Afrique
Méimounatou Ibrahima, vice-président de l’Assemblée nationale du Togo et présidente du comité d’organisation du forum sur la femme © Jeune Afrique

En prélude à la célébration de la journée de la femme africaine, édition 2021, l’association Femmes d’Actions et Cœur Solidaire (FACS), en collaboration avec certaines personnalités sociopolitiques, a décidé de mener conjointement la lutte pour le droit de la femme togolaise.

Par Jean-Louis HEDEGBE

La question du statut de la femme au Togo a été le point essentiel sur lequel s’est tenue la célébration de la journée de la femme africaine, édition 2021, ce lundi 02 août. A Lomé, Togo, le forum pour célébrer cette journée a porté sur le thème, « pour plus d’engagements en faveur de la protection de la femme et de l’enfant au Togo ».

Ce forum a connu la présence de plusieurs cadres de la République en occurrence le ministre en charge de l’action sociale, Adjovi Lonlonyo Apedo-Anakoma, et la vice-présidente de l’Assemblée nationale. La lutte pour la promotion de la femme peine à connaitre un essor malgré les actions entreprises pour l’amélioration du statut de la femme et des enfants en République du Togo. Les points évoqués à cette occasion sont liés au viol, la pédophilie, l’inceste et toute forme de maltraitance sur les femmes. Des maux qui minent le quotidien des femmes.

Pour la présidente du comité d’organisation, Méimounatou Ibrahima, le Forum doit être accompagné sur tous les plans afin que les résultats concrets puissent être obtenus dans l’intérêt de tous. « Loin d’être un forum de plus, ce forum se veut un point de départ pour des actions concertées, inclusives et offensives, d’où la mobilisation des acteurs de différentes catégories qui gèrent au quotidien des cas avérés et sont complémentaires dans l’action », a-t-elle expliqué. La vice-présidente de l’Assemblée nationale assure qu’un cadre se chargera d’examiner toutes les réflexions à l’issue de cette cérémonie et des recommandations seront élaborées pour renforcer le droit de la femme togolaise.

Le gouvernement, par le biais de son ministre de l’action sociale, Adjovi Lonlonyo Apedo-Anakoma, a rassuré des dispositions qui seront prises pour favoriser la promotion de la femme togolaise et surtout son émancipation dans tous les secteurs. Les participantes repartent donc satisfaites et plaident pour la prise en compte des différentes doléances formulées au cours de ce forum.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR