Hémicycles d'Afrique
A la Une Tunisie

Tunisie : Des manifestants devant le parlement après sa suspension

Tunisie : Des manifestants devant le parlement après sa suspension
Kaïs Saïed, président de la Tunisie © France 24

Le Président tunisien, Kaïs Saïed a suspendu ce dimanche 25 juillet 2021 le parlement du pays. Il s’est octroyé ainsi toutes les prérogatives et n’a fait aucune annonce quant au retour à la normale. Il a, par ailleurs, suspendu également le premier ministre Hichem Mechichi.

Suite aux protestations des manifestants et qui exigent la dissolution du parlement, le Président Kaïs Saïed a pris la décision de passer à l’acte. La cause de ses manifestations, le blocage des activités du Président de la République compte tenu du désaccord politique entre les deux institutions. En effet, il y a, depuis quelques temps, des conflits entre partis au parlement et un bras de fer entre le chef du parlement Rachad Ghannouchi, président du parti Ennahdha et le pouvoir exécutif. Un bras de fer qui bloque malheureusement les politiques de développement du Président Saïed.

« Selon la Constitution, j’ai pris des décisions que nécessite la situation afin de sauver la Tunisie, l’Etat et le peuple tunisien. Nous traversons les moments les plus délicats de l’histoire de la Tunisie », a déclaré Kaïs Saïed à l’issue d’une réunion d’urgence au Palais de Carthage avec des responsables des forces de sécurité.

Cette décision de suspension du parlement est diversement appréciée. Dans le rang des partisans du pouvoir en place, il s’agit d’une sage décision qui remettra la jeune démocratie tunisienne sur les rails de son développement et de son émergence. Du côté des partis de l’opposition, par contre, il s’agit d’un coup d’Etat contre la révolution et contre la Constitution du pays.

Ce lundi matin, après la suspension du parlement, des manifestations se sont regroupés par milliers pour dénoncer ce coup de force. Tôt ce lundi (26 juillet 2021), l’armée a encerclé le parlement et a empêché tout agent d’y pénétrer. Les militants en colère ont vandalisé quelques infrastructures et la police est intervenue pour faire régner l’ordre.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR