Hémicycles d'Afrique
A la Une Actualité Video

[Vidéo] Bulletin d’information du 21-10-2021

Bulletin d’information du 16 septembre 2021

Voici le condensé de l’actualité parlementaire ce vendredi 22 octobre 2021 sur le continent africain. Une sélection de la rédaction HA.

Au Rwanda, le parlement a reçu une nouvelle proposition de loi organique initiée par un groupe de législateurs et dirigée par le vice-président, Edda Mukabagwiza. Ledit projet vise à renforcer le contrôle de l’action gouvernementale  afin de la rendre plus transparente. L’assemblée nationale a, quant à, évoqué la pertinence de ce projet de loi organique qui détermine les modalités d’information et de contrôle de l’action gouvernementale.

Au Bénin ou ’Assemblée nationale a adopté dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 octobre 2021, la loi sur la légalisation de l’avortement. C’est une adoption qui intervient alors que le débat sur la question demeure encore houleux au sein de la population nationale. Selon les dispositions de cette loi N° 2021-12 relative à la modification de la loi N° 2003-04 du 3 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction, l’avortement ne peut être effectué que dans les différentes conditions prévues à l’article 17 de cette loi. A travers cette loi, le gouvernement entend mettre fin aux avortements clandestins qui faits des victimes dans le pays. 

En Afrique de l’Ouest, les travaux de la 2ème session extraordinaire du parlement de la CEDEAO ont pris fin ce mercredi 20 octobre dans la ville de Winneba au Ghana. Démarré depuis le lundi 18 octobre, sous la présidence de Mohamed Sidie Tunis, président de ladite institution, les députés communautaires ont eu à examiner le projet du budget 2022 de l’institution. Arrêté en recettes et en dépenses à quelque 20.401.258 unités de compte, le budget du Parlement au titre de l’année 2022, qui vient d’être adopté, se fixe pour objectif de produire des effets durables dans la région. Il privilégie aussi les activités présentant un grand intérêt pour les citoyens de la Communauté.

Page Eclairage 

La motion de censure est le principal moyen dont dispose un parlement pour montrer sa désapprobation envers la politique du gouvernement et le forcer à démissionner. Celle-ci est utilisée pour témoigner de la défiance du parlement envers le gouvernement en place. Dans certains pays, la motion de censure est réservée à la Chambre basse, à savoir l’Assemblée nationale. Par contre dans d’autres pays, celle-ci peut être initiée par les deux chambres représentant le Parlement dont l’Assemblée nationale et le Sénat. Notons qu’une motion de censure ne peut être adoptée qu’à la majorité des membres composant l’Assemblée nationale. Dans ce cas, seuls les votes favorables à la motion sont recensés. Les parlementaires absents comme ceux qui désirent s’abstenir sont réputés soutenir le Gouvernement et donc défavorables à la motion de censure.

Les autres ont consulté aussi ces articles

Ce site utilise des cookies. Nous voudrions nous assurer que vous acceptiez notre politique en la matière. J’accepte plus de détails

Privacy & Cookies Policy

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir des alertes de nos publications

Vos informations resteront confidentielles

Hémicycles d'Afrique

GRATUIT
VOIR